Philosophie pratique

C’est chez les anciens grecs que nous voyons se dessiner d’abord, dans les mythes, puis dans une pratique de la philosophie, la réflexion sur ce que serait une vie bonne. Comment construire cette vie bonne, qu’est ce que impliquerait concrètement le souci de soi.

Chaque philosophe choisi après cette période grecque, illustrera à sa manière comment chez lui, concrètement s’est développé ce souci de soi.

Je passerai les philosophes chrétiens dans la mesure où leur philosophie se moule dans un cadre de la foi, même si certains sont de très grands penseurs.

Dans nos discussions, nous pourrons au gré du groupe, construire des passerelles reliant ces sagesses du passé à qui nous souhaitons devenir aujourd’hui.

Il n’y a pas de nécessité de suivre le cours un pour décider de suivre le cours deux, et vice versa. Il ne s’agit pas d’une gradation, mais d’auteurs différents, d’époques différentes, d’approches différentes de ce fil rouge que nous maintenons, appelé «  le souci de soi « . Libre à vous de choisir les auteurs et époques qui intuitivement vous parlent davantage.

Chaque auteur sera situé dans son époque et dans sa vie, l’histoire restant fondamentale pour comprendre qui est l’autre, comment pense t il dans et par rapport à son époque.

Aucun des cours suivis ne nécessite un savoir préalable. Une certaine disponibilité d’esprit pourrait être nécessaire.

Des notes de cours vous seront distribuées comme repères.

Programme de ce module:
Les anciens grecs, comment se dessine le souci de soi chez eux un mythe à une philosophie plus tardive. Nous prendrons après une introduction à la question du souci de soi, l’exemple des stoïciens.

Erasme, dans un 15eme siècle s’éveillant à la question de l’homme, se caractérise par son souci d’autrui au milieu des querelles de religion, et par son épicurisme combiné à la foi.

Montaigne, homme comme vous et moi, qui a la simplicité de le dire, en se suivant, pas à pas.

infos et inscription